ce n’est pas la conscience qui dirige l’esprit humain

Une recherche suggère que ce n'est pas la conscience qui dirige l'esprit humain.

Une étude intéressante pour plusieurs raisons, bien que je ne partage pas les hypothèses des chercheurs quand à l’interprétation des phénomènes constatés.


En résumé:
        -  Il semble que ce ne soit pas notre conscience qui dirige notre «esprit».
        -  Dit autrement, ce n’est pas l’acte conscient (le fait de prendre conscience) qui crée le
           contenu de la conscience, c’est à dire notre réalité.


On sait depuis longtemps que lorsque l’on décide d’un mouvement, lever le bras par exemple, l’ordre de lever le bras a été donné avant la décision consciente de lever le bras, comme si l’effet précédait la cause. Il n’en n’est rien, bien sûr, mais dans ce cas, la conscience ne fait que rationaliser une décision qui a été prise par une partie de nous plus profonde et peut-être non locale.


Ici les auteurs concluent que le libre arbitre est peut-être une illusion, ou une construction sociale. Une vision à moitié rationnelle et à moitié post moderne, donc, que je ne partage pas du tout.


La plupart de nos comportements, sont bien «automatiques», si aucun travail de conscience n’est entrepris. C’est exactement la condition de l’homme «ordinaire» décrit comme point de départ par toutes les voies spirituelles. Un homme régi par ses désirs et pulsions sur lesquelles il a peu de prise.


Pourtant cette condition peut être dépassée, voire même renversée, comme le montre l’idéogramme de Hua, la métamorphose, , qui montre un homme , totalement renversé.


Cela signifie que la conscience a bien entendu accès à l’esprit et peut aussi le modifier pour qu’il nous guide au final sur des chemins plus nourrissants, profonds, subtils et aimants. Et surtout pour qu’il permette à notre nature intime de se réaliser, peu importe sous quelle forme expressive, tant que sa limite est la liberté de l’autre.


Cette inversion, où la conscience peut aller reprogrammer le contenu de «l’esprit» peut s’initier au travers d’une psychothérapie ou analyse. Mais pour toucher les parties les plus profondes de l’esprit et espérer les modifier (en retrouver la vraie nature, plutôt) les outils spirituels sont indispensables. Sans eux, la partie non locale de notre esprit n’est tout simplement pas atteignable, sauf accident.


Le flux du Dao